Aller au contenu
Boxe > Conseils et astuces pour vos équipements de boxe > Les sacs de frappe pour la boxe

Les sacs de frappe pour la boxe

Bonjour à tous, aujourd’hui nous continuons notre série qui a pour but de vous aider à vous préparer pour la reprise de septembre. La dernière fois, nous avons parlé de shadow boxing, cette fois-ci, place à la star des gymnases : le sac de frappe.

Nous allons voir ensembles les points forts du sac de boxe et les différents modèles qui existent. Mais avant tout, faisons un petit tour de ses origines.

« Au commencement, Mike Donovan attacha une balle de rugby au plafond… et il vit que cela était bon. »

Histoire et origine du sac de frappe

En 1872 un certain Simon D.Kehoe reçoit un brevet officiel pour le sac de frappe. Cependant, il semblerait que le champion en poids moyen, Mike Donovan, fût le premier à avoir utilisé l’ancêtre du « punching-ball » qui n’était alors ni plus ni moins qu’une balle de rugby qu’il avait accroché au plafond. Son dispositif à rapidement fait fureur et en une quinzaine d’années le sac de frappe s’était répandu et avait pris de nombreuses formes.

Son descendant le plus proche est probablement le sac de boxe à double attache. Ce dernier a d’ailleurs fortement gagné en popularité après qu’on ait vu Sugar Ray Robinson s’entrainer avec.

La principale différence entre le ballon de rugby de Donovan et le sac à double attache est la rapidité à laquelle il faut enchaîner les coups. En effet, les mouvements de ce dernier sont beaucoup plus limités (puisque attaché au sol et au plafond) et donc, le sac revient vers le boxeur à une vitesse nettement supérieure à celle de son ancêtre.

Le deuxième descendant de l’invention de Donovan, c’est la poire de vitesse. Encore une fois, ce sac demande plus de vitesse et entraine mieux les réflexes que son prédécesseur. La poire de vitesse serait vraisemblablement apparue dans les années 1900 quand Jack Johnson a commencé à utiliser un dispositif dans le style (mais beaucoup plus grand que les versions actuelles).

C’est dans les années 1920 que l’un des rejetons du ballon de rugby va s’imposer comme LE sac de frappe « universel » et c’est lui qui va devenir LA star des équipements de sports de combat. Il s’agit bien sûr du « heavy bag », le sac de frappe « classique ».

À la base, il s’agissait de vieux sacs de sport remplis de crin de cheval (à l’instar des premiers gants de boxe), de sable ou de céréales. Heureusement pour nous, le temps fait bien les choses et de nombreux changements ont été effectués depuis. En effet, fini le bricolage puisque aujourd’hui, même Karl Lagerfeld a conçu un ensemble sac de frappe + paire de gants pour Louis Vuitton.

Au-delà du fait que l’ensemble est accessible pour la modique somme de 175’000 dollars. On peut constater qu’avec le temps, le sac de frappe est devenu plus qu’un simple outil d’entrainement réservé aux boxeurs, c’est devenu un symbole sportif et un accessoire grand public pour quiconque désirant se défouler et faire du sport.

Quels sont les différents sacs de boxe ?

Dans le matériel de frappe, il existe de nombreuses variantes du sac de boxe. Ces divers modèles de sac, permettent de combler les besoins des combattants dans chaque style de boxe.

  • Sac de frappe long : idéal pour les pratiquants de boxe pieds-poings, ces sacs permettent de travailler à la fois ses techniques en poings et en pieds. Ils mesurent en moyenne 1.80 m de hauteur et pèsent 80 kilos.
  • Sac de frappe court : conçu pour les pratiquants de boxe anglaise, ce support de frappe mesure en moyenne 1.40 m de hauteur et pèse 50 kg.
  • Boule de frappe : ces sacs de boxe, de forme arrondie, sont idéaux pour améliorer vos techniques et enchainements en poing. Leur forme ovale permet de s’entraîner plus efficacement à l’amélioration de ses crochets, uppercuts, cross et jabs. Certains modèles sont composés d’eau, ce qui réduit l’impact des coups et chocs sur vos poings.
blank
  • Sac de boxe attaché au sol : attaché au sol ou bloqué à l’aide de pneu, ce type de sac est parfait pour travailler sa puissance de frappe.
  • Punching ball / sac de frappe sur pied : plus léger et moins stable qu’un sac classique. Le punchingball est plus adapté aux entrainements de boxe des enfants et baby boxe.

Le sac de frappe, un des meilleurs outils de boxe pour progresser

Si ce support de frappe a eu un tel gain d’intérêt, c’est en grande partie grâce à tous les exercices différents qu’il rend possible. Cette variété est en grande partie due au nombre impressionnant de variantes de sacs disponibles. Il y en a de toutes les formes, de toutes les matières et de toutes les couleurs.

Comme nous l’avons vu plutôt, la poire de vitesse, le « heavy bag » ou encore le sac à double attache ont tous leurs particularités et leurs exercices propres. Grâce à cette diversité, il existe LE sac idéal pour chaque utilisateur.

Et en parlant d’utilisateurs, il semblerait que le sac de frappe séduit au-delà des salles de boxe. La preuve en est que de nombreuses personnes possèdent un sac de frappe alors qu’elles ne font pas de boxe et comptent encore moins mettre le pied sur un ring.

Combattant amateur ou boxeur professionnel, infirmière ou comptable, il semblerait que le « punching-ball » soit à la portée de tout le monde.

La diversité de l’offre ainsi que la variété des acheteurs pourraient peut-êtes à elles seules expliquer le succès qu’à rencontrer le sac de frappe.

Cependant, c’est probablement le troisième et meilleur argument de vente qui explique le mieux comment il s’est retrouvé dans quasiment toutes les salles de sports de combats. Et cet ultime atout, c’est son efficacité à faire progresser ses utilisateurs.

Les résultats sont systématiquement au rendez-vous, à condition bien sûr, que les exercices au sac de frappe soient exécutés avec rigueur et justesse.

On peut constater des progrès au niveau de la technique ainsi que de la puissance des coups, mais également une amélioration du jeu de jambe, de l’endurance ainsi que de la garde.

Seulement, attention ! Même si le concept semble basique et séduisant, ce n’est pas une raison pour faire n’importe quoi. Alors avant de se blesser au poignet ou de prendre de mauvaises habitudes, il faut encadrer l’activité afin d’optimiser ses entrainements.

C’est pour cette raison que l’équipe MotivaBoxe vous à concocter un petit mix des conseils qui nous semblent les plus importants durant l’utilisation d’un sac de frappe.

Comment s’entrainer au sac ?

blank
  • Utilisez des gants et des bandages de boxe afin de protéger vos mains.
  • Ne frappez pas le plus fort possible. Même si vous pensez être plus stylé si vous faites bouger le sac, sachez que ce n’est pas le cas. Au contraire, le but est de maîtriser ses coups et de gagner en vitesse de frappe, précision et en concentration. Une augmentation de la puissance vient d’abord d’une amélioration de la technique. Ça ne sert à rien de frapper de toutes vos forces si vous le faites de la mauvaise manière.

Gardez en tête qu’une mauvaise utilisation peut vous faire enregistrer des faux mouvements et prendre des mauvais réflexes. C’est pourquoi ayez l’habitude d’appliquer les points suivants durant vos entraînements au sac.

  • Lorsque vous frappez, faites attention à ne perdre votre équilibre. Restez bien stable et ancré sur vos appuis.
  • Ne poussez pas le sac, au contraire, privilégiez des frappes directes et un retour en garde immédiat, rappelons-le, le but est de faire bouger le sac LE MOINS POSSIBLE (oui, c’est contre intuitif)
  • Attention à la distance, ne soyez pas trop près du sac
  • Ne restez pas immobile, même si le sac ne bouge pas, gardez l’habitude de rester en mouvement.
  • N’oubliez pas la garde, le sac de boxe ne rend pas les coups, mais vos futurs adversaires, OUI !

Si vous utilisez le sac de boxe de cette manière, vous minimisez grandement les risques de vous blesser et de prendre de mauvaises habitudes. Vous allez également voir des progrès, peu importe votre niveau actuel.

Voilà pour aujourd’hui, j’espère que cet article vous a plu. En attendant le prochain de la série, je vous laisse avec la citation du jour et vous souhaite une excellente semaine.

« Ce n’est pas de la frime si derrière vous vous montrez à la hauteur. »

Citation de boxeur

Emanuel, votre humble chroniqueur