Comment frapper plus fort en boxe ?

par | 14 Août, 2020 | Améliorer ses entraînements

Bonjour à tous, j’espère que vous allez bien !

Pour beaucoup de boxeurs, ne pas frapper aussi fort qu’ils le souhaiteraient est à l’origine de bien des frustrations. La question que nous nous posons tous est donc : comment frapper plus fort ?

Pour répondre à cette question, nous allons voir ce que la science peut nous apprendre sur la force, puis nous appliquerons ces informations à la boxe.

Bonne lecture !

Définition et calcul de la force

La force d’un objet en mouvement peut être calculée en multipliant sa masse par son accélération.

Le résultat est exprimé en Newtons (symbole : N) en référence au célèbre physicien Isaac Newton.

Quelques calculs de physique nous permettent de mieux comprendre ce qui a un impact sur notre force et donc comment l’augmenter. Je les ai mis ici pour ceux que cela intéresse :

Soit la formule de calcul de la Force : F = m * a 

  • m : la masse (en kilogrammes),
  • a : l’accélération (en secondes au carré),
  • F : la force (en Newtons),

Sachant que a = v/t

  • v : la vitesse (en mètres par secondes),
  • t : le temps (en secondes),

Et sachant que v = d/t

  • d : la distance (en mètres)

Alors : F = m * (d/t2)

Donc : F’ > F <=> m’ > m ou d’ > d ou t’ < t 

En résumé : pour augmenter la force d’un coup, il faut que :

  • La masse soit plus grande,
  • La distance parcourue soit plus élevée,
  • Le temps nécessaire au poing pour atteindre le point d’impact soit plus petit.

Maintenant que nous savons comment augmenter la force d’un objet en mouvement, voyons comment appliquer ces 3 points à la boxe.

boxe, force, frappe, entrainement, boxeur, physique

La technique pour frapper plus fort

1. Augmenter le poids

On ne peut pas vraiment influencer le poids total du boxeur, puisque le poids des gants est réglementé et le poids de l’athlètes va définir sa catégorie (un boxeur n’a donc pas vraiment d’avantage grâce à son poids). Ce que l’on peut faire cependant, c’est transférer TOUT le poids du boxeur dans son coup.

Il est important de comprendre ceci : donnez un coup ce n’est pas seulement frapper avec son bras, mais au contraire, de faire un mouvement avec son corps tout entier.

Pour pouvoir exécuter ce mouvement de manière fluide et efficace, il est important de comprendre comment chaque partie du corps se comporte.

Pour commencer, votre pied va pivoter en direction de la cible. Si vous frappez de la main droite c’est le talon droit qui se lève et qui pivote et si vous frappez de la main gauche, alors c’est le talon gauche.

Il est important de ne pas se raidir durant le coup, c’est pourquoi les genoux doivent toujours être légèrement pliés.

Les hanches vont jouer un rôle clef dans l’exécution du coup. Lorsque vous frappez, tournez vos hanches dans la direction de votre adversaire comme si vous vouliez le frapper avec. Il en va de même pour votre torse, il pivote en même temps que les hanches le plus possible.

Tout comme les jambes, les épaules ne doivent pas être crispées lors du coup. Cependant on veut tout de même utiliser les muscles qui y sont présent. C’est pour cette raison que lorsque vous frappez le but est de lever ces dernières.

Enfin, Les bras quant doivent commencer détendu et alors que le coup est « lancé », ils se tendent en direction de l’adversaire. Il en va de même pour les mains, elles sont détendues avant le coup et c’est seulement au moment ou vous frappez que vous serrez le poing.

En parlant du poing, il doit tourner à l’horizontal si vous frappez directement mais il peut rester à la verticale si vous faites un crochet.

N’oubliez pas d’expirer violement à chaque coup et de toujours regarder l’endroit que vous voulez frapper.

Lors de votre coup, le but est de ressentir un courant d’énergie qui traverse tout votre corps et qui se transmet à votre adversaire au travers de votre poing.

2. Avoir la bonne distance avant de frapper

Nous le savons, frappez de trop près diminue la puissance du coup. Cependant, frappez de trop loin aussi.

Théoriquement, plus la distance est grande, plus le coup est fort tant qu’il y a une accélération. Cependant, votre bras atteint son pic de force un peu avant d’être totalement détendu.

Pour maximiser la force que vous pouvez avoir à l’impact il faut détendre complètement son bras mais en visant DERRIERE l’adversaire. Ainsi, votre bras ne sera jamais totalement déplié et la distance sera optimale.

On pourrait penser que reculer légèrement son poing avant de frapper lui fait augmenter la distance parcourue et donc sa force. Oui, cependant, faire reculer son poing avant de frapper permet aux combattants plus expérimentés de voir votre coup venir ce n’est donc pas une bonne idée.

Ce que l’on peut faire en revanche pour augmenter la distance parcourue c’est, comme nous l’avons vu plus haut, faire pivoter son corps. On peut aussi faire un pas en avant, avant de frapper, à la condition que ce pas soit inclus dans un mouvement de frappe fluide et dynamique.

3. Augmenter la vitesse et réduire le temps avant l’impact.

Nous avons vu comment transmettre notre poids à notre poing et comment optimiser la distance à laquelle il faut frapper, reste donc la notion de temps.

Le moins de temps il faut à votre poing pour atteindre sa cible la plus haute est sa vitesse et donc la plus haute est sa force.

Revenons un instant à la physique :

Je rappelle la formule que nous avons vu tout à l’heure : F = m * (d/t2)

Voyons ce qu’il se passe avec de vraies valeurs :

20 * (1/12) = 20 N

Que se passe t’il si on augmente le poids de 10% ?

22 * (1/12) = 22 N

Si on augmente la distance de 10 % ?

20 * (1,1/12) = 22 N

SI on réduit le temps de 10 % ?

20 * (1/0,92) = 24,69 N

On peut donc constater que le facteur temps est celui qui impacte le plus la force du coup. Par conséquent c’est celui qui nous intéresse le plus.

Pour réduire le temps il faut augmenter la vitesse du coup.

Comment augmente t’on la vitesse ? C’est simple : en augmentant la force des muscles.

Mais attention.

Lorsque l’on veut muscler ses bras on pense tout de suite aux poids.

Mais la science est très claire à se sujet. Soulever des poids rend votre corps plus fort mais plus lent, et je vous rappelle que le but est d’aller plus vite. Utiliser le développé couché pour augmenter la force de vos coups est donc aussi stupide que d’utiliser un banc de presse pour s’améliorer en sprint.

Le but est de faire gagner de la force au muscle sans pour autant faire augmenter son volume. Pour ce faire nous un allons utiliser une des merveilleuses mécaniques qu’utilise notre corps : les ajustements neuronaux.

Alors, je sais que nous avons déjà parler des ajustements neuronaux dans notre article sur la corde : la corde à sauter et le boxeur

Mais pour ceux qui l’auraient raté, voyons ensemble ce que sont les ajustements neuronaux.

Un muscle produit de la force lorsque ses fibres sont activées. Lorsque le mouvement est volontaire, cette activation se fait grâce à une commande du système nerveux central qui va envoyer un signal aux muscles au moyen d’impulsions électriques.

Ce sont ces impulsions qui vont déterminer la force que va produire votre muscle. En effet, plus haute est la fréquence à laquelle les impulsions arrivent au muscle plus fort sera sa réaction.

En répétant le même exercice jusqu’à l’épuisement, des ajustement neuronaux s’effectuent. Cela signifie que le signal est transmis de manière plus efficace.

Pour comprendre comment, imaginez que vous deviez traverser une jungle le plus vite possible.

La première fois vous vous frayez difficilement un chemin à la machette. C’est d’ailleurs si dur que vous vous perdez régulièrement et plutôt que d’avoir un chemin droit vous avez une espèce de zig zag.

Mais à force de traverser cette jungle encore et encore, vous éliminez petit à petit tous les obstacles et finissez par avoir une magnifique autoroute avec des ponts et des tunnels.

Il en va de même pour ces impulsions électriques. En passant par différents neurones les premières fois, elles font des détours, hésitent et arrivent finalement avec un message légèrement différent de celui du départ. Votre mouvement est donc lent, peu puissant et peut être même faux.

Mais à force de répéter encore et encore ce même mouvement, des ajustements neuronaux se font dans votre cerveau, votre moelle épinière et même dans vos muscles permettant aux impulsions d’atteindre leur objectif beaucoup plus vite.

Etant donné que la fréquence à laquelle les impulsions arrivent est beaucoup plus élevée maintenant que vous avez une autoroute à la place de la jungle, la force de vos mouvements est décuplée sans que vos muscles aient gagné en volume.

Les effets sont d’ailleurs observables très rapidement, quelques semaines seulement après le début de l’entrainement.

Cependant, ses ajustements sont spécifiques au mouvement entrainé. Il est donc important d’entrainer les différents coups de manière spécifique.

Pour ce faire, vous pouvez bien sur utiliser :

Le shadow boxing : le shadow boxing le meilleur exercice de boxe ?

La reflex Ball : La Reflex Ball : Pourquoi est-elle l’outil indispensable du boxeur ?

Le sac de frappe : Le sac de frappe : origine, avantages et conseils

boxeur, boxe, frappe, sac de frappe, punchingball

Frapper plus fort une question de physique

Un coup de poing, c’est un objet qui transmet sa force à un autre objet. Grâce à la physique, nous pouvons calculer cette force et comme nous l’avons vu, nous pouvons l’augmenter en :

  • Effectuant un mouvement de frappe fluide et qui implique une rotation de tout le corps, ce qui permet de mettre tout son poids dans le poing.
  • En faisant un pas en avant lors du coup et en visant derrière l’adversaire, ce qui permet de frapper à une distance optimale.
  • Améliorant la vitesse à laquelle nos muscles reçoivent les impulsions électriques, grâce aux entraînements réguliers.

Pour terminer, il est très important de placer le coup au bon moment. Le meilleur moment pour frapper est probablement lorsque votre adversaire vous frappe. Pourquoi ?

Parce que à se moment-là, votre adversaire avance dans votre direction.

Le choc entre deux éléments allant dans une direction opposée est bien plus violent que si un des 2 éléments est immobile.

C’est sur dernier point que nous allons nous laisser pour aujourd’hui. J’espère que cet article vous a plu.

Pour ma part, je vous laisse avec la citation du jour et vous dis à la prochaine dans un nouvel article.

“Ce qui ne me tue pas me rend plus fort”

Friedrich Nietzsche

Emanuel, votre humble chroniqueur

A propos de l’auteur :

BRIAUD Kyle

Salut la Team, je m’appelle Kyle et je suis l’auteur de la plupart des articles que vous trouverez sur ce blog. Etant moi-même boxeur, je teste et mets en pratique tous les conseils que je vous partage. J’ai coaché plus d’une dizaine de boxeurs. C’est dont avec plaisir qu’aujourd’hui  je partage avec vous mes connaissances sur ce noble sport.

Mon objectif personnel est d’obtenir un titre, soit en Boxe Française, soit en Boxe Anglaise dans la catégorie des -70 Kilos.

En attendant de vous lire dans les commentaires, je vous souhaite beaucoup de courage et de réussite dans vos projets sportifs et personnels.

Force à vous la TEAM !

2 Commentaires

  1. Bonjour,

    Je trouve toujours intéressant de combiner sport et science…

    Pour info, tu peux aussi te baser sur le principe physique de l’énergie cinétique à savoir que :

    Ec = 1/2 * m * v²

    Ec = Energie cinétique (exprimée en Joules)
    m = masse (en kilogrammes)
    v = la vitesse de l’objet (en mètres par seconde)

    On peut constater que :

    Si la masse de l’objet est doublée, l’énergie sera doublée mais ;
    si la vitesse de l’objet est doublée (au moment de l’impact), l’énergie sera multipliée par 4 (puissance carrée de 2)
    (si triplée, E est 9x plus elevée (3²) )

    De la même manière que ta formule montre que la vitesse (ou le temps) sont plus importants que la masse (un gros poing fait logiquement plus mal mais c’est le plus rapide qui l’emporte)…

    Evidemment, on ne tient pas compte dans ces calculs de la détente, du transfert d’énergie du pied à la hanche jusqu’au poing et d’autres choses qui influencent encore les résultats. Le mental reste une part essentielle de tout cela.

    Cordialement

    Réponse
    • Très juste ! Merci beaucoup pour ces informations supplémentaires, qui sont d’ailleurs extrêmement intéressantes.

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour continuer de progresser en BOXE :